i Startup Weekend Aix-Marseille, un véritable défi : créer sa start-up en 55 heures | MediaTic Info
20161030_175947bd

Startup Weekend Aix-Marseille, un véritable défi : créer sa start-up en 55 heures

Dernier événement des French Tech Weeks, la 11 e édition des Start-up Week-end s’est déroulée du 28 au 30 octobre 2016 à KEDGE Business School . 90 personnes participaient à ce challenge avec au final 14 équipes qui ont pitché devant un jury pour soutenir leur projet. Le lauréat fut Ecodrop devant Géo Sentinelle et Caprice qui a obtenu également le prix coup de cœur.

Sneetch bdIls ont pour nom Mallap, Urban Démocratie, Sneetch, Caprice ou encore Géo Sentinelle. Ce sont cinq des quatorze projets qui ont été retenus pour pitcher devant un jury. Les trois premiers recevront des prix. «Le concept des Start-up Week-end est clair: Il s’agit de passer de l’idée au projet en 55 heures», a expliqué Stéphane Soto, directeur général d’Aix-Marseille French Tech, lors de la 11e édition qui s’est tenue à KEDGE Business School à Marseille. L’enjeu est important : il s’agit en fait de découvrir l’entreprise dans un cadre professionnel et convivial et de bénéficier de l’appui d’experts venus pour apporter leur aide à de futurs créateurs. Des porteurs de projets ainsi que des personnes mettant à disposition leurs compétences se rassemblent, le temps d’un week-end, pour travailler ensemble et tenter de développer divers projets. «Les participants sont amenés à relever un défi entrepreneurial de taille à savoir constituer une équipe autour d’une idée et créer une start-up en un temps record», précise Marie Breziski, l’une des organisatrices de cette opération. Cela dure en fait 55 heures du vendredi soir 18 heures au dimanche 22 heures. Le vendredi, chaque porteur de projet dispose de soixante secondes de pitch pour présenter son idée et faire appel aux types de profils qu’il recherche. Un vote sélectionne ensuite les meilleurs projets et donne lieu à la formation des différentes équipes en fonction de l’intérêt de chacun. C’est ainsi que le développement du projet s’opère jusqu’au pitch final.

200 000 participants par an

Préalablement à une séance de pitch training (entrainement pour la présentation finale), chaque candidat vient pitcher devant le jury composé d’entrepreneurs confirmés, d’investisseurs, de sponsors comme le Crédit Agricole Alpes Provence, Carrefour Innovation et Numérique, la Technopole de l’Arbois, la CCIMP, le PRIMI du Pôle Média de la Belle de Mai ou encore Atmel et ST Microélectronics sans oublier Google, Vimeo ou Evenbrite. Plusieurs partenaires ont apporté leur concours comme entre autres Sfc, Courtier cabinet d’avocat, Efficient Innovation, le Wagon. Le Start-up Week-end n’est pas ouvert qu’aux seuls initiés. On y retrouve aussi bien des étudiants que des professionnels (business développeurs, créatifs, programmeurs, chefs de projets, juristes, comptables, experts en marketing, en communication) ou simplement des personnes qui ont envie de lancer leur start-up, peu importe leur parcours ou leur métier. Les participants étaient venus cette année, d’Aix-en-Provence, de Marseille, de toute la région et même de Lyon et de Toulouse. Le succès est considérable : «Ce sont plus de 200 000 participants par an en France auxquels s’ajoutent dix mille personnes pour les aider», a souligné Marie Breziski. A Marseille, l’ambiance était assurée ainsi que la participation avec quelque 10 000 tweets en l’espace d’une soirée.

20161030_175522bdLa Vegas à l’horizon

C’est un concentré d’entrepreneuriat en 55 heures. «L’objectif est de donner «la pichenette» pour se lancer, de faire du réseau», a confié Bastien, l’une des membres de l’équipe Orbs. «J’ai travaillé en équipe, j’ai découvert la technologie, c’est un vrai challenge», a t-il rajouté. A l’issue de ces trois journées, les candidats ont présenté leur projet au jury qui l’apprécie selon plusieurs critères (validation du client, business model, exécution et design). Cette année, le jury était composé de huit professionnels dont Axelle Benaich de La Fabulerie et Céline Souliers de l’Incubateur de la Belle de Mai. Ecodrop, le lauréat a remporté un lot avec, entre autres, l’accompagnement du projet   d’une valeur de 5 000€ par Efficient Innovation, un bon d’achat de 1000 € par le Crédit Agricole Alpes Provence, un accès gratuit à un logiciel comptable par SFC et des conseils juridiques gratuits prodigués par Courtier. Les deux autres prix ont été attribués à Géo Sentinelle et Caprice avec des lots de moindre qualité.

Le prix du meilleur développement a été octroyé à Caprice, celui du design à Sneetch. Enfin, le coup de cœur du jury a été attribué à Délipad. Autre intérêt de cette épopée, la participation pour quatre d’entre eux à une délégation comprenant une quinzaine de start-up au salon de Las Vegas. Une aubaine pour ces jeunes pousses !

© Jean-Pierre Enaut

Ce contenu a été publié dans A la Une, French Tech, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *