i Marseille Web Fest, un révélateur de talents | MediaTic Info
mlle-webfest

Marseille Web Fest, un révélateur de talents

La sixième édition du Marseille Web Fest, festival international de la série digitale, s’est tenue les 21 et 22 octobre 2016 au Théâtre de la Joliette. Aux côtés de la sélection officielle, ce festival propose un marché des nouveaux contenus, deux jours de tables-rondes avec des keynotes et des masterclass et une résidence d’écriture digitale. L’un des événements de cette édition a été la présentation du pilote d’Hyperconnexion, une série réalisée à Marseille par Lasko. Revue de détails.

Depuis ses débuts en 2011, Marseille Web Fest met à l’honneur, à travers sa sélection officielle, la diversité de la création en matière de série digitale. «Notre souhait est avant tout d’être un incubateur de nouveaux talents et de servir de tremplin à la création», confie Marc Guidoni, vice-président du festival. Fidèle à sa vocation première, ce festival met à l’honneur des séries pour contribuer à l’évolution du digital, favoriser le développement de cette industrie dans le monde et surtout célébrer les meilleures séries à l’international. Cette année, ce sont vingt cinq séries digitales issues de plusieurs pays (Canada, Etats Unis, Argentine, Belgique, Espagne, France, Norvège, Inde) qui sont en compétition. «Nous avons un nouveau venu, cette année, la Corée avec «Missing Korea», une comédie romantique», s’est félicité Marc Guidoni. La Corée est d’ailleurs le pays à l’honneur après le Canada en 2014 et les Etats-Unis en 2015. Tous les genres sont représentés de la comédie au thriller en passant par le policier, la science fiction et le drame. Le jury était composé de sept professionnels dont l’auteur Dan Franck, la comédienne Elodie Varlet, l’écrivain australien Sue Turbull, professeur à l’université de Melbourne. Le président du jury était Gilles Galud, CEO Studio +, structure de production internationale de fictions digitales créée en 2016 par Vivendi.

Une expérience exaltante

harold-varango-bdPrésentée en compétition, «Persuasif» est la première série d’Harold Varango, un ancien régisseur passé à la réalisation. «J’ai préféré emprunter cette voie plutôt que de passer par une école de cinéma». Venu de l’univers de la pub puis des séries TV, il a participé à plusieurs longs métrages comme «Supercondriaque» de Dany Boon en France ou «Les Schtrumpf» aux Etats-Unis. Le passage aux séries digitales lui est apparu naturel. «Le format est secondaire, le seul but est de raconter une histoire. Avec peu de moyens, il est ainsi possible de diffuser une série qui sera proposée directement au public». Après la présentation des deux premiers épisodes, la chaîne Arte apporte son soutien à ce projet et lui propose onze épisodes de sept minutes. «La série relate l’histoire d’un recouvreur de dettes dans le milieu», explique t-il. Ce drame policier sans violence où le personnage principal a une grande force de persuasion a    d’ores et déjà conquis le public depuis novembre 2015.

Un lieu d’échanges

Au-delà des projections et de la sélection officielle en compétition, le festival propose également un marché des nouveaux contenus qui répond à une attente de la part des professionnels du secteur comme entre autres OTT (diffusion de contenus audiovisuels via le web) ou MCM (valorisation des contenus vidéo sur les plateformes).  Il favorise la rencontre et facilite les échanges entre créateurs et professionnels. «Quand cet événement a commencé, les French Tech n’existaient pas. Or, il est à la charnière entre le contenu et la technologie, la culture et l’industrie», confie Marc Guidoni.  Ouvert à tous, le Marseille Web Fest illustre bien le fait que la créativité s’ouvre à de nouveaux champs. Comme pour le marché du film au festival de Cannes, le Marseille Web Fest est un lieu de rencontre et d’échanges entre professionnels et auteurs et également un lieu d’expérimentation de nouvelles formes artistiques. «La technologie est au service de fictions pour des formats courts. Il n’y a pas de règle. La durée n’est pas un facteur déterminant», précise Joanna Szybist, productrice. Les acteurs de l’économie traditionnels étaient présents comme Havas Vivendi Studio, Arte, France Télévision, MyTF1. Studio+ vient même de lancer une série de dix épisodes de dix minutes applicable sur smartphone.

Ce sont les mêmes mécanismes classiques de financement dans les secteurs des programmes audiovisuels qui s’appliquent dans le secteur du numérique. «Tous les acteurs traditionnels de l’audiovisuel ne peuvent aujourd’hui faire l’économie de ce champs là», souligne Marc Guidoni. Au fil du temps, le festival a mis en exergue la qualité et surtout la créativité des productions qui font appel à des comédiens renommés et des professionnels aguerris.

La cérémonie de clôture du Marseille Web Fest s’est tenue le samedi 22 octobre 2016. Huit prix ont été décernés pour récompenser les 25 séries en compétition notamment Dramaworld qui a remporté le Grand Prix du Jury 2016.

marseille-web-fest-laureats

Prix de la meilleure série indépendante (sponsorisé par Dailymotion)
Whatever, Linda – Pays : Canada – Genre: Comédie dramatique

Prix du meilleur montage
Grégoire Dessy pour Burkland – Pays : Belgique – Genre: Drame

Prix de la meilleure musique originale
Brandon Roberts pour The Fourth Door – Pays : USA – Genre: Science Fiction

Prix du meilleur scénario
Biswapati Sarkar pour TVF Pitchers Pays: Inde – Genre: Comédie

Prix de la meilleur actrice
Annah Cheesman pour Whatever, Linda – Pays: Canada – Genre: Comédie dramatique

Prix du meilleur acteur
Emmanuel Schwartz pour L’Écrivain public – Pays: Canada – Genre: Drame

Prix de la meilleure réalisation
Gregory Beghin pour Burkland – Pays : Belgique – Genre : Drame

Grand Prix du Jury
Dramaworld – Pays: USA / Corée du Sud – Genre: Comédie / Drame

© Jean-Pierre Enaut

Ce contenu a été publié dans A la Une, Evènements, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *