i L’entrée en force du numérique au Salon des entrepreneurs de Marseille | MediaTic Info
salon des entrepreneurs 2015 Marseille

L’entrée en force du numérique au Salon des entrepreneurs de Marseille

La première édition du salon des entrepreneurs organisée par le groupe les Echos s’est tenue les 14 et 15 octobre 2015 au Palais des Congrès à Marseille. Cet événement qui a rassemblé des entrepreneurs, des dirigeants et des start-up a révélé les nouvelles tendances entrepreneuriales sur le territoire d’Aix Marseille Provence et en particulier l’essor de l’économie numérique.

Lancé en 1993 dans la capitale puis décliné à Lyon en 2004 et à Nantes en 2008, le salon des Entrepreneurs a pris ses quartiers d’automne dans la cité phocéenne. Organisé avec la communauté urbaine Marseille Provence Métropole, la ville de Marseille et la Chambre de Commerce et d’Industrie Marseille Provence et le concours de la Région, la Caisse des Dépôts et Consignation, de BPI France et de l’APCE, cet événement a proposé durant deux jours, une centaine de conférences et d’ateliers, autant d’exposants et une vingtaine d’animations. «Dans le prolongement des French Tech weeks, initiées l’an passé à Marseille, le salon des Entrepreneurs ambitionne de devenir le nouveau rendez-vous d’envergure des entreprises du Sud, carrefour d’aide vital au développement et à la croissance des activités du territoire», a souligné Xavier Kergall, son directeur général.

Conseils avisés

A la fois outil pratique pour les visiteurs et révélateur de nouvelles pratiques entrepreneuriales, ce salon de belle facture, s’adressant aux professionnels, a été conçu comme un lieu d’échanges avec le concours d’experts et de grands témoins mais aussi de formation avec différents espaces dédiés, notamment en matière de solutions numériques. Ce fut avec plus de six mille dirigeants, un rendez-vous majeur qui a rassemblé les acteurs publics et publics afin d’accompagner la création et le développement des petites et moyennes entreprises. «Si à l’origine, le salon s’était donné pour vocation d’insuffler l’esprit d’initiative et l’envie d’entreprendre aux Français, son rôle va bien au-delà désormais. Les TPE et les PME ont le potentiel de créer nos emplois de demain. Notre mission est, plus que jamais, de les accompagner dans leur développement. C’est à cette condition que nous verrons émerger demain sur notre territoire des pépites qui feront la fierté de notre économie sur le plan mondial», a souligné Laurent Baccouche, commissaire général de l’événement.

Le salon des Entrepreneurs s’est proposé d’apporter des réponses très concrètes à tous ceux désirant créer ou développer leur activité. Nouvelles idées de business, nouveaux secteurs porteurs, nouvelles façons de travailler, nouveaux modes de financement et nouveaux outils numériques. La situation économique a radicalement changé. Cette première édition a ainsi fait la part belle aux témoignages avec la mobilisation de cinquante entrepreneurs de premier plan qui sont venus partager leurs expériences, leur réussite et leur vision du marché afin de prodiguer des conseils avisés aux visiteurs.

Une image précise

C’est à l’occasion de cette édition qu’ont été présentés les résultats d’un sondage mené par l’Institut Think sur le thème «Les Français et leur start-up». Comment les Français perçoivent-ils leurs start-up? Lesquelles méritent d’être prises pour exemple ? Dans quelle ville fait-il bon entreprendre selon eux? Les Français sont-ils prêts à créer ou développer leurs start-up ?

Les résultats de cette enquête laissent apparaître de nombreuses surprises. On pouvait penser que les Français sont loin du monde des start-up et pourtant ils en ont une image assez précise, connaissent le nom des plus célèbres d’entre elles en France, seraient prêts pour partie à les financer, voire nourrissent le rêve d’en créer une, un jour. Tout d’abord, un français sur deux (52%) mise sur les start-up pour sauver l’économie et un français sur quatre (28%) se dit prêt à les financer. Qui plus est, 8 millions de Français envisagent d’en créer une, un jour, et 2,5 millions d’entre eux envisagent de sauter le pas d’ici deux ans. Blablacar est pour 44% de nos concitoyens la référence de cette décennie. Lyon apparait devant Paris, Bordeaux, Toulouse et Nantes, selon ce sondage comme la ville où il fait bon entreprendre. Aix-Marseille-Provence talonne le Top 5.

Un parrain de choix

Ces dernières années, Facebook est devenu un acteur incontournable dans la transition digitale des entreprises. Avec 30 millions d’utilisateurs actifs par mois en France dont 22 millions qui se connectent chaque jour, Facebook offre une audience inégalée pour les entreprises. Au-delà de la page qui est un outil gratuit et de l’opportunité d’avoir d’une vitrine en ligne, Facebook permet aux entreprises de disposer de solutions marketing simples et efficaces qui répondent à leur objectifs business comme lancer un nouveau produit, recruter de nouveaux consommateurs, fidéliser sa clientèle. Aujourd’hui, 45 millions de PME ont une page Facebook dans le monde et 75% des utilisateurs actifs français sont connectés à la page Facebook d’une TPE/PME française.

bérangère thetiot - facbook«Nous avons toujours travaillé avec les TPE et les PME. Il y a une forte demande des entreprises pour être formés. Auparavant, il s’agissait de sensibiliser et à présent, l’objectif est de dispenser des actions de formation», a confié Bérangère Thétiot, responsable du développement PME. C’est la raison pour laquelle le groupe qui était présent sur le salon facebook salon entreprenursavec un stand, un truck promotionnel, un espace formation avait souhaité parrainer plusieurs start-up. «Nous étions il y a dix ans, une start-up. Aussi, notre but est de soutenir la créativité et l’innovation. C’est pourquoi nous avons désiré apporter notre concours à cinq start-up en les aidant à se lancer», a t-elle rajouté.

Cinq belles licornes

Pour Bérangère Thétiot comme pour Stéphane Soto, directeur général d’Aix Marseille French Tech, il s’agissait de mettre à l’honneur cinq entreprises en développement et en croissance. Sélectionnées parmi cent entreprises, les cinq lauréats devaient se présenter en 1minute 30, être claires, concises et donner envie à l’auditoire. La première entreprise Fifty Talents est spécialisée dans le recrutement en ligne. Avec 1000 candidats inscrits et cinquante entreprises, elle souhaite réussir à proposer cinquante profils intéressants par semaine. Son objectif est de réduire par deux les délais de recrutement. Créée en 2014, la start-up Voisins vigilants qui emploie douze salariés mise sur le réseau social pour favoriser la sécurisation. «Sept familles sur dix se font cambrioler. Nous permettons d’élucider le délit grâce aux témoignages des vosins», estime le dirigeant. Ce système d’alerte lorsque un comportement anormal est détecté a permis à cette start-up de réaliser un chiffre d’affaires mensuel de 50 000 euros. Son objectif est devenir le leader européen du réseau social de voisinage. Nova things qui a bénéficié de 12000 € de levée de fonds grâce à une plateforme de crowfonding est spécialisée dans la sauvegarde des données. «Nous avons fait trois constats: tout d’abord le peu de sauvegarde de données, le cloud manque de confidentialité et enfin le disque dur en réseau est difficile à utiliser», a précisé la directrice du marketing. Autres lauréats, Sonora Labs ou encore e-Protego, specialisée quant à elle, sur le contrôle de l’identité numérique.

C’est justement le numérique, le financement et l’international qui seront les pierres angulaires de la prochaine édition du salon qui se tiendra les 26 et 27 octobre 2016.

Jean-Pierre Enaut

Ce contenu a été publié dans A la Une, Evènements, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *